S'inspirer...AucuneBien-être/Spiritualité

Billet d’humeur: Quand le Marketing s’empare de la Spiritualité

publié parOrélie 2 septembre 2017

Billet d’humeur: Quand le Marketing s’empare de la Spiritualité

Il y a des jours comme ça… riches de rencontres,
De plénitude, d’émerveillements, de moments de grâce
Où le monde se révèle sous son jour le plus lumineux.
Et puis, il y a les autres…
Ceux qui nous mettent face à une réalité,
A un non-sens, une dérive.
Alors même si la beauté est dans le regard de celui qui regarde,
Force est de constater que certaines situations nous poussent
A ne voir que l’aberration, le dérapage.

C’est d’une discussion avec une amie thérapeute
Que cette envie de faire un billet d’humeur ici est né.
Coïncidence ou non, elle faisait écho à une réflexion que j’avais eu la veille
En me promenant dans le rayon Spiritualité/Développement personnel de ma librairie.
Je me souviens avoir ressenti un sentiment de malaise.
Je regardais tous ces livres couchés les uns à coté des autres,
Comme des jambons, en ribambelle
Aux titres plus accrocheurs les uns que les autres:
« 5 astuces pour connaitre le bonheur »
« Devenez chamane en 10 leçons »
« Se libérer de son passé en 20 jours »
Et je me disais: Punaise, on en est arrivé là!?!
Oui, Orélie, on en est arrivé
A ce que la Spiritualité soit réduite à des recettes de cuisine!
Alors même si ce sont là évidemment des titres factices,
Ils sont néanmoins représentatifs de la réalité que nous traversons.

Oui, le marketing avec tout ce qu’il a de plus odieux s’est bel et bien emparé de la Spiritualité. Un des derniers domaines que l’on aurait pu croire à l’abri de notre société qui convertit tout en produit de consommation.

Cette conversation avec cette amie
Qui s’est d’ailleurs prolongée avec une autre de mes connaissances,
Un être profondément éveillé,
M’a conforté dans l’idée que Non! Je ne déraille pas!
Une multitude d’apprentis en Développement personnel
Utilisent la Spiritualité à la façon « Kleenex ».
Ils veulent tout essayer, tout tester,
Le Reiki, la sophro, la PNL, le yoga, la méditation, l’aromathérapie, etc, etc,
-la liste est sans fin!-
Sans finalement aller au bout de rien,
Impressionnés par ce qu’ils en ont lu sur Internet
Ou entendu ici et ailleurs.
Ces fameux médias qui vulgarisent tout,
Faisant croire à qui veut bien le gober
Que l’on peut guérir d’un traumatisme d’enfance
En 5 séances d’Energétique
Ou que l’on peut devenir une pro de la méditation
En 20 jours seulement!!

Tout, tout de suite, selon le moindre de leurs désirs
Et puis sans trop d’efforts, ni de sacrifices bien sur!!
Ce culte de la facilité, de la rapidité, de la quête éphémère
A même fini par gangrené ce domaine sacré!!
Ce domaine sacré, cette science de la vie qui demande temps,
Abnégation, profondeur, introspection, patience, discipline,
Entres milles autres vertus.

Ces apprentis du Développement personnel
Finissent par confondre le chemin et le but.
Ils ignorent les heures, les jours, les mois, les années
Que nécessitent une pratique spirituelle, quel qu’elle soit,
Pour parvenir à sentir un réel mieux-être,
Ou une forme de libération, d’éveil!

Quand j’ai entamé il y a quelques années, mon chemin de trans-formation,
Je me souviens qu’évidemment je désirais ressentir une forme de soulagement sur le moment,
Mais je désirais surtout comprendre et guérir!
J’étais consciente qu’un vrai travail sur soi demande du temps, des efforts,
D’aller plonger au plus profond de soi.
Qu’il induisait donc de la souffrance.
Oui de la souffrance!
Car les guérisons ne sont pas des processus doux et tranquilles.
Ils remuent, ils heurtent, ils épuisent.
Et sachant cela, face à mes guérisseuses,
Que j’ai rencontré ne me laissant porter que par mon seul instinct,
Et non dirigé par ma raison,
Je me posais en apprenti de la vie, humblement.
J’écoutais et j’agissais.
Je prenais des notes, lisais les ouvrages recommandés,
Pratiquais religieusement tout ce qu’elles me transmettaient
Et que je suis capable aujourd’hui de livrer dans mes accompagnements.

Au fil des années, j’ai appris à ne me fier qu’à mon propre cheminement
Sans me comparer, faire la course ou compter les points,
A chercher mes propres outils, lectures, rituels,
A écouter et à répondre avec attention à ce que mon âme réclamait vraiment.
Car chacun, chacune a son rythme propre,
Son histoire, son parcours, ses propres blessures à panser.

J’ai appris à admettre que rien n’est jamais acquis de manière définitive,
Que tout est en mouvement perpétuel.
« Cent fois sur le métier, tu remettras ton ouvrage »

J’ai appris à ne suivre que mon instinct, ma voix -ma voie- intérieure
Pour ne pas m’éparpiller, me perdre dans la quantité de pratiques existantes.
Et j’ai appris à faire le tri, à ne pas croire tout ce que l’on me conseillait,
A ne pas me fier aux modes, évidemment.
Mais à écouter mes besoins profonds, reliés à MA vérité.
A sortir des concepts, des préceptes.
En privilégiant l’expérience avec tout ce qu’elle comporte comme erreurs,
Comme trébuchements, comme réajustements.
C’est en me confrontant aux autres, et donc à moi-même
Que la richesse de mes lectures, de mes pratiques, a pu se révéler.
Prendre tout son sens!
« L’expérience est une lumière qui n’éclaire que soi-même » disait Lao-Tseu.
Ce qui convient à l’un ne convient pas à l’autre.
Tout en y restant ouvert,
Il faut savoir faire le tri dans tous ces conseils recueillis çà et là,
Sortir de toutes ces notions couchées sur le papier, si pertinentes soient-elles.
Elles restent souvent abstraites, donc inefficaces,
Jusqu’à ce que l’on sorte
Et que l’on les confronte à la vie.
Jusqu’à ce que l’on ait la possibilité de les incarner.

J’ai appris à me servir de mes guides, de mes guérisseuses comme des aides précieuses, mais pas comme des faiseurs de miracles. Les efforts, le cheminement devaient être miens!

J’ai appris et apprends encore la patience, la persévérance,
La gestion de la frustration.
Même en tant que coach -ou devrais-je dire SURTOUT entant que coach!!-
J’apprends encore, évidemment.
Ceux qui pensent qu’un jour on est arrivé à destination
Se méprennent non seulement sur la nature humaine
Mais aussi sur la nature d’une quête, quel qu’elle soit.

J’apprends aussi à ceux que j’accompagne
A ne pas faire l’économie des efforts et de la patience
A se servir de moi comme d’une aide temporaire
Et pas comme d’une béquille.
Je les encourage à différencier une quête saine et porteuse
D’une quête superficielle et vaine.
A différencier les vrais outils, des faux.
A comprendre et à trouver ce qu’il leur correspond le mieux
Et à suivre leur rythme, leur voie, leur réelle aspiration.
Je les invite aussi à se regarder avec honnêteté
Et à ne pas chercher les réponses à l’extérieur d’eux-mêmes.
Je ne leur promets d’ailleurs pas la Lune,
Je leur assure au contraire, avec toute ma bienveillance et mon amour,
Que la vie ne sera jamais vraiment un long fleuve tranquille.
Car c’est la vérité.
Et de quoi a besoin un être pour évoluer véritablement sur son chemin?!
De bienveillance et de vérité!!
Surement pas de tous ces outils factices qui promettent
Dans un bel écrin, des miracles instantanés.
Car tout travail en profondeur, demande temps, efforts et patience.
Méfies-toi donc, mon colibri, de ceux qui, avec leurs ouvrages et leurs outils magiques,
Soutiennent le contraire.

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

chuba 17 novembre 2017 at 13 h 02 min

Bonjour Orelie, c’est tellement vrai tout ce que tu écris là!!
C’est ahurissant comme la spiritualité est devenue à la mode. Dans un sens, c’est bien, et de l’autre, c’est exactement la même chose que notre société de consommation, dans la rapidité, etc.
Personnellement, je me rends compte que je me disperse, en ayant envie de tester plein de choses pour voir ce qui marche pour moi, ce qui me parle, mais il y a tant de choses. Et au final j’avance peut-être moins que si je faisais vraiment à fond qqc. Je me rends compte aussi qu’il faut que j’arrive à trier, à être patiente, et à m’écouter pour faire ce tri. Car on est submergé de nouvelles techniques. Heureusement j’ai levé le pied sur tout ce qui est Pinterest, Instagram, etc car c’est chronophage. Et meme si c’est super intéressant, à lire et pour moi / me nourrir / m’aider à avancer, finalement c’est tourné vers l’extérieur, et j’apprends peu à peu à prendre plus de vrai temps avec moi-même.
Merci d’écrire tout ça. Ca me rappelle que la patience est primordiale, le travail aussi. Je sais que « J’ai appris à admettre que rien n’est jamais acquis de manière définitive, Que tout est en mouvement perpetuel », mais je le sais dans mon mental, je ne l’ai pas vraiment intégré.
Je suis heureuse car depuis 2 mois j’ai decide de me former et de pratique le reiki, pour moi et mon conjoint et mes enfants.

Réponse
Orélie 21 novembre 2017 at 14 h 28 min

Bonjour Chuba, merci pour ce retour et ces mots qui me parlent évidemment beaucoup! Savoir à quel moment être tourné vers soi et à quel moment se nourrir de l’extérieur, là réside tout le défi! En fonction de son niveau d’éveil et de ce que l’on est en train de traverser, le curseur change forcément, mais savoir le voir et le reconnaitre est déjà une grande avancée! C’est normal de vouloir tester un maximum de choses, car la curiosité est motrice dans cette quête. Mais, je remarque souvent, qu’ensuite l’on parvient à se poser davantage et à savoir ce qui est fait pour nous ou pas. Ce qui nous permet d’ensuite creuser et de s’ancrer dans une pratique! Je suis heureuse de lire que tu as choisi le Reiki pour toi et ta famille, c’est vraiment un magnifique outil. Je te souhaite tout l’épanouissement du monde dans cette pratique! Encore merci pour tes mots et très belle journée à toi.

Réponse

Laisser un commentaire