S'inspirer...Lectures inspiréesBien-être/Spiritualité

Nourrir son féminin sacré avec les cercles de femmes

publié parOrélie 24 février 2018

Nourrir son féminin avec les cercles de femmes

Ça fait des semaines que je me dis qu’il serait vraiment bon
Que j’écrive sur ce que j’ai vécu au cours du cercle de femmes
Que j’ai partagé en octobre avec Camille Sfez, une des fondatrices des Tentes Rouges à Paris.
Que ce serait bon pour moi, et pour celles qui me liraient…
Car que reste-t-il de ce genre d’expériences
Si elles ne sont pas partagées?!
D’autant quand il s’agit de sororité, de féminin sacré, de reliance!!
Mais, comme à mon habitude, j’attendais le déclic.
J’attendais aussi que tout cela chemine en moi,
Que je prenne le temps de savoir
Ce que c’était vraiment venu toucher en moi.
Ce que c’était venu bouleverser, transformer, révéler

C’est mon inscription à la formation « Devenir Moon Mother »
Animée par Miranda Gray en avril prochain
Qui a provoqué en moi ce fameux déclic.
Petit à petit, connectée au défi d’expression et de communication élargie
Que mon chemin de vie réclame comme une évidence et un besoin,
Ma propension à partager ces moments riches de la vie se développe…
Parfois joyeusement, Parfois de manière plus contrastée d’ailleurs!

Mais revenons à ce qui nous intéresse!!
Ce soir d’octobre, nous étions exceptionnellement nombreuses!
C’est à dire une bonne vingtaine.
Je me suis d’ailleurs étonnée de ne pas trouver ça dérangeant
Alors que cela faisait plusieurs jours qu’en pensant à ce cercle
Il m’arrivait de ressentir de l’appréhension,
Et même parfois de la peur!!
Et la peur de quoi finalement?!
Hé bien d’être et de partager avec des inconnues, de parler
Et de les entendre se confier sur de choses intimes, lourdes,
Délicates ou même dérangeantes pourquoi pas…
Peur aussi au contraire, de ne rien ressentir.
Que ce moment « spécial » ne m’apporte rien.
Car évidemment que je projetais des choses…
Que j’en attendais quelque chose!!
Et pas un petit truc!!
Mais je ne savais pas quoi…

J’allais le savoir…
Arrivée sur les lieux en peu en avance,
Une pièce intimiste, aux tapis roses et rouges,
Où règne déjà une atmosphère douce, qui invite au recueillement
Et à l’ouverture du coeur, de l’âme.
Camille et Marie nous accueillent avec chaleur.
Des bougies sont allumées, une tisane servie.
Les participantes arrivent, seules ou à plusieurs, celles-ci se connaissent.
Nous sommes toutes vêtues d’un châle ou d’un vêtement de couleur rouge,
Comme le veut la tradition.
Nous commençons à nous installer autour de stickers pré-disposés en cercle,
C’est la Vénus à la Corne, un symbole fort.
Cette Vénus nous ramène au sacré, aux temps oubliés.
Ces temps, où les femmes, nos ancêtres, étaient vénérées
Et reconnues comme guérisseuses, prêtresses.
Les encoches de la corne symbolisant leurs cycles, reliés à leur nature de femme lunaire.
Au milieu de ce cercle, des bougies, une théière, des coquillages, la plume de parole
Et un bâtonnet de sauge que Marie prend soin de faire brûler
En passant devant chacune d’entre nous.

Camille et Marie se présentent, nous expliquent le déroulement de la soirée.
Puis c’est à notre tour… Le cercle est ouvert.
Marie nous propose pour commencer, un moment de recueillement.
Nous sommes invitées à descendre en nous, à trouver notre ancrage
Et à nous mettre en lien avec notre lignée de femmes.
Dur pour moi!
Je sens déjà une vague d’émotion partir de mon ventre pour remonter au coeur…
La parole est donnée, la première participante commence.
Alors qu’elles posent ses 1er mots, une seconde vague m’envahit.
Celle-ci part du coeur et remonte à la gorge, c’est une vague chaude, incontrôlable.
Pourquoi? Comment est-ce possible?
Je ne connais rien de cette femme
Et pourtant j’ai envie de l’écouter, de la laisser parler autant que nécessaire.
Je veux la voir se libérer de ce qu’elle partage.
Je veux la voir guérir. Comme moi sans doute…
Une seconde, une troisième, …
La sororité prend là tout son sens. Elle est si évidente, si naturelle.
Et puis viens mon tour…
Je prends la plume de parole, puis fond en larme.
Je laisse, je n’ai pas le choix, ce flux est parfaitement irrépressible.
Puis, les mots affluent, sur ma lignée, moi, sur ma lignée, mon désamour, mes blessures,
Mon ambition à dépasser des schémas si restrictifs, si blessants, si empoisonnants.
Je peine à regarder les autres participantes dans les yeux.
Car punaise!! je partage ces choses si intimes, si profondes, si personnelles
Avec des inconnues!!! C’est pas rien!!!
Enfin, il n’y a pas que des inconnues
Il y a Camille et il y a une amie, qui est juste là, à ma droite.
C’est sur elles deux que mon regard parvient à se poser.
Et c’est si bon, si doux.
Moi, qui ne savais pas vraiment quoi dire -je m’attendais à tout, je ne m’attendais à rien-
Je me suis tellement exprimée
Que je n’ai pu entendre le petit gong m’invitant à transmettre la plume de parole!

La parole continue à se dévoiler…
Certaines avec humour ou avec une forme de distance, de détachement.
Des mots ont sans doute, pour elles, déjà été posés…
Et puis d’autres, plus timidement, pudiquement,
Présentes peut-être davantage comme observatrices, averties ou non.
Et puis il y a les enflammées, celles qui comme moi, partage avec intensité.
Mais chacune à sa manière, à son rythme, comme elles le souhaitent.
La parole de chacune est respectée.
Chacune est écoutée avec attention puis remercié.
Tant de thèmes sont abordés!
Difficulté à assumer sa féminité, sa sexualité,
Remise en question du concept du féminin sacré,
Transmission honteuse et erronée des codes de la féminité,
Ou inexistence de partage et d’héritage,
Difficulté à être mère, épouse, femme,
A s’aimer, à assumer son corps, son corps qui change avec l’âge, les accidents, les grossesses,…
Complexité à trouver les ressources pour aimer sa mère, sa grand-mère, sa lignée
Malgré tout, malgré l’héritage, les traumatismes.

Une participante raconte sa difficulté à enfanter, ses fausses couches,
Ses avortements, ses blessures à l’âme et au corps.
La cuisse de mon amie n’est pas loin, je m’agrippe.
Bon sang, que c’est fort!!
Tant de choses font échos, chacune ou presque vient me toucher, à sa manière.
Ce partage d’âme à âme est incroyable.
Incroyable au sens premier du terme!

Un temps de pause est donné.
Quelques minutes pour reprendre ses esprits, se recueillir,
Effacer discrètement les traces de mascara sur nos joues.
Non, je ne suis pas la seule à pleurer.
Et ces larmes je les ai aimé, adoré!!
Elles étaient si libératrices, elles m’ont transcendé.
Là, tout de suite je suis fatiguée.
Je sais déjà qu’il y aura un avant et un après ce cercle.
Est-ce toujours ainsi?!
Non, il y a des cercles plus doux, plus légers,
Mais tout aussi .

Nous finissons par un dernier tour, plus rapide.
Il est question de donner ses impressions
Moi, comme beaucoup, j’ai le coeur empli d’amour, de tendresse.
Je me sens profondément nourrie, par ces paroles, ces délivrances, cette reliance.
Je n’ai aucun souvenir de partage similaire en intensité avec des inconnus,
Et cela m’émeut, me touche particulièrement.
Je me souviens même avoir dit:
« J’ai toutes envie de vous prendre dans mes bras et de vous serrer contre moi. »
Je ne connaissais pas ces femmes 2 heures avant!
J’ai fini par conclure: « Je sais que je ne suis pas là par hasard,
Je sais que je suis venue clore un chapitre
Et poursuivre mon chemin de guérison.
Je sais que j’ai envie de continuer,
Et que je veux transmettre à mon tour.
Je veux aider d’autres femmes à se libérer, à grandir, à guérir
Et à aller contacter leur essence profonde. »

J’ai donc autant d’impatiente que d’enthousiasme,
A vivre cette formation de Moon Mother
Et à continuer mes rencontres et mes lectures si nourrissantes sur le féminin.
Pouvoir s’accompagner et accompagner d’autres femmes est un privilège immense.
Je sais qu’avec ces cercles, une porte s’est ouverte,
Autant en moi que devant moi.
Je sais ce que cela est venu ouvrir  et révéler en moi.
Je sais que ce sont les rencontres qui toujours m’ont fait avancer, aimer, grandir, apprendre.
2017 fût une année extraordinaire en ce point.
J’ai eu cette opportunité de cheminer, d’apprendre sur le féminin, sur les énergies lunaires,
D’approfondir et de nourrir mon intuition.
Je sais aussi au plus profond de moi, que ces liens, ces partages,
Cette sororité quasi instinctive n’est pas un leurre.
Notre féminin ressent, je le sais, un besoin immense de revenir aux origines
De panser et de penser autrement.
C’est dans cette énergie propre à l’Ère du Verseau,
-Une ère de coopération, de partage et d’élévation spirituelle permettant
De rééquilibrer les énergies de domination, de division et de compétition de l’ère précédente!!-
Que nous pouvons avancer, chères soeurs de lune,
En confiance, ensemble, main dans la main.
C’est en tout cas, ainsi que j’envisage les choses.
Ce cercle n’a fait que révéler à mon conscient ce que mon inconscient savait depuis toujours.
Les femmes sont fortes, profondes, puissantes,
Les femmes sont le terreau de notre Monde.
Je pense que nous avons toutes –prêtresses, louves, guérisseuses
Tout en nous pour nous guérir.
Ensemble, à l’aide de cette intensité déployée par cette sororité.
Nous guérir pour guérir le féminin, pour enfin engendrer celle du masculin.

Ma nouvelle vie à Toulon s’organise peu-à-peu…
J’aurai donc bientôt -quand ce sera le juste moment-
Plaisir à partager avec vous,
dans un lieu dédié, cosy et chaleureux,
Dont j’ai déjà trouver le nom!
Autour des énergies de la Lune et du féminin.
Je vous tiendrai évidemment au courant!! J’ai hâte!!
En attendant, je vous invite ardemment, si vous le souhaitez et le pouvez,
A participer à un cercle de femmes autour de chez vous.
Pour Paris, je vous conseille ce lien:
renoueravecsonfeminin.fr

Je profite de cet article pour remercier avec chaleur
Toutes les femmes qui cheminent à mes côtés et qui m’encouragent,
Je pense à Camille bien sur, Stéphanie, Ilia, et bien d’autres, elles se reconnaitront!!
La vie est radieuse à vos côtés!
Je remercie aussi ma lignée de femmes qui par son histoire, son héritage
Ma grand-mère paternelle en particulier, Augustine, sur les traces de laquelle je construis ma route-
Me permettent aujourd’hui de transformer les ombres en lumières
Et de rayonner de plus en plus de mon propre rayonnement.
Et je vous remercie, vous qui me suivez sur ce blog -qui évolue d’ailleurs à chacun de mes articles-
Vous avoir à mes côtés me permet de partager des choses que je n’aurais JAMAIS pensé partager!!
Je vous embrasse fort toutes, chères femmes lunaires!!
Et avant de vous dire à tout bientôt pour un nouveau partage,
Je vous laisse avec ces quelques inspirations de lectures qui m’ont beaucoup apporté,
Et d’autres qui vont, j’en suis en sure nous éveiller avec puissance
Dont d’ailleurs « La puissance du féminin » écrit par notre chère Camille Sfez!

Vous aimerez aussi

4 Commentaires

Marie Kléber 7 mars 2018 at 17 h 03 min

Tes mots me parlent beaucoup Orélie.
Ils disent tout ce que j’ai ressenti, cette communion, la puissance de l’énergie des femmes qui se retrouvent, la bienveillance dans un sourire, un regard.
J’ai participé à ma première tente rouge pendant les vacances de février et dans cet espace j’ai accueilli mes peurs, blocages, j’ai mis le doigt sur des blessures. C’était un temps fort de partage, d’amour. J’ai ressenti beaucoup d’amour surtout. Je me suis sentie portée par une force, une envie. Se connecter à soi, aux autres, à la terre, quelle chance!

Réponse
Orélie 12 mars 2018 at 14 h 55 min

Oh Marie, je suis ravie que tu aies participé à une Tente Rouge! Quelle magnifique moment, n’est-ce pas?! Oui il se joue tellement de choses: communion, résilience, force, partage, acceptation, guérison, reliance, et tant d’autres encore. Merci beaucoup d’avoir partagé cela ici, avec moi, avec nous! Je serais ravie de pouvoir t’accueillir bientôt dans un cercle si tu passes faire un saut à Toulon! Je t’embrasse.

Réponse
Julie mnl 9 mars 2018 at 10 h 50 min

Merci pour ton témoignage, il résonne en moi, je suis très attirée par une tente rouge et cet article m’appelle et me donne la réponse. Je ne suis pas étonnée de te voir en « moon mother », là est ta place. Belle journée sorcière rousse.

Réponse
Orélie 12 mars 2018 at 14 h 58 min

Merci, oui tout comme toi, je me sens appelée… Et j’ai tellement hâte de suivre cette formation! Suis la voix (la voie) de la femme sauvage qui est en toi. Si tu te sens appelée c’est que tu as des choses importantes à y vivre. Tu es accompagnée dans ce processus. Alors fais toi confiance.

Réponse

Laisser un commentaire