Billets d'humeurVous partager...

Pourquoi j’ai eu besoin de faire un pause et d’entamer une retraite spirituelle

publié parOrélie 7 mai 2018

Si un jour on m’avait dit que je tiendrais un site dans lequel je parlerais de toutes ces choses qui m’inspirent et que je partagerais ça avec vous avec autant de plaisir, ici et quotidiennement sur Instagram, très franchement, j’en aurais ri!!

Et me voilà aujourd’hui à ressentir le désir de vous faire part d’une période clef de ma vie, une expérience qui a représenté un tournant, un vrai nouveau départ… Elle n’a pas complétement chamboulé ma vie, comme certaines expériences le font parfois… Elle m’a simplement servi à me révéler davantage à aller puiser dans mes ressources cachées, mes profondeurs, pour (re)contacter une certaine vérité, comprendre le vrai but de ma vie, et comment je pouvais incarner tout ce que j’étais dans ce monde matériel. Car telle a toujours été plus ou moins ma difficulté. Pouvoir être moi, complétement moi et pouvoir le vivre en m’intégrant adéquatement à ce qui m’entourait… en y trouvant ma juste place et en y évoluant dans une certaine harmonie!

Cependant, ce n’est pas du tout au moment d’entamer cette pause d’ 1 an que je réalisais tout d’abord que ça allait en être une… Et qu’elle allait me servir à expérimenter tout cela!! Très sincèrement, cette retraite m’a plus ou moins été imposée par la vie!! Et c’est le recul qui me permet de lui en être reconnaissante… Car pour être franche, sur le moment, il y a eu des jours où mon mental était si actif et ma tête si proche de l’explosion que je ne me voyais pas du tout cela comme une bénédiction!!

Le réel déclencheur fut mon besoin urgent de partir de Paris, il y a 5 ans!!! Plus qu’un besoin… une nécessité… Comme une urgence à vouloir changer de vie, à sortir des sentiers battus. Et partir ailleurs, me redécouvrir ailleurs, autrement, dans un autre contexte. C’est ce que j’ai fait, en quittant appartement et job, en m’achetant une voiture et en décidant de partir en wwoofingUne superbe aventure que je vous ai partagé ici: orelie.net/partages/mon-aventure-de-woofeuse!!

Six mois de wwoofing intense, riche en émotions et en enseignements. Six mois pendant lesquels, je vivais chez l’habitant et n’avais plus de réel chez moi. Il était donc temps de me réinstaller quelque part!! Quelque part où je me sente bien, dans un endroit qui m’inspirerai un tout nouveau départ,avec un nouveau job, de nouvelles envies sans doute un nouvel amour mais surtout, surtout, un nouvel art de vivre

Car c’est ce qui manquait cruellement à ma vie jusqu’ici! Paris – les grandes villes – sont des endroits formidables pour s’épanouir professionnellement – ce que j’étais venue chercher à 20 ans!! – Et puis culturellement, pour sortir, s’éclater entre amis… Mais, je pense que j’étais arrivée à un stade de ma vie où tout ceci ne me nourrissait plus comme avant.  J’attendais autre chose de la vie…

Une sorte de besoin de m’extraire du tourbillon, du bruit, de l’agitation… De ne plus etre sur-sollicitée, jamais vraiment seule… De ne plus subir cette fatigue dont les grandes villes vous affligent, de ne plus respirer un air que tout mon être refusait de recevoir… De ne plus fréquenter les supermarchés, les boutiques sans cesse prise d’asseau, de ne plus avoir continuellement mon horizon coupé par des toits d’immeubles, des cloisons, de ne plus avoir la tête saturés d’images, de sons, d’odeurs qui me donnait la sensation d’être coupée de l’essentiel. De ma nature profonde, de mon essence.
Moi la terrienne qui adore les grands espaces, le vert, la terre, les choses simples

Un besoin de ré-apprendre à prendre le temps, quelque chose que je ne faisais plus, dans un quotidien où tout va toujours plus vite!! Me réapproprier mon rythme, mon véritable rythme. Gouter à une forme de paix, de langueur, d’apaisement. Regarder les choses qui m’entourent en y portant un réelle attention, prendre le temps de savourer un coucher de soleil, prendre le temps d’être dehors, le plus possible dehors… De faire les marchés bio en s’attardant pour bavarder, rire, d‘oser me promener sans but précis… Ce que nous autres occidentaux avons l’habitude de nous autoriser
de temps en temps, à la faveur de quelques semaines de vacances… Non, là, moi je sentais l’urgence de vivre ça au quotidien. De l’intégrer à ma vie. De ne plus compter sur les doigts d’une main les petits plaisirs que je déniais m’octroyer à quelques moments choisis.

Et puis enfin… enfin, trouver le véritable sens de ma vie, de ma venue sur Terre… Cela coïncidait avec toutes les lectures que je faisais à cette époque Gounelle, Pierre Rahbi, Castaneda, Wayne W.Dyer, Dan Millman, Pour ne citer qu’eux…!!
Des personnalités, des lectures qui m’inspiraient une façon autre d’envisager la vie, de trouver sa juste place et de faire de réels choix, de les faire en conscience.

Et pour trouver un endroit propice à cela je n’ai pas eu à chercher très loin… Mon dernier wwoofing partagé avec une naturopathe à Périgueux me fit me décider très rapidement. Ce serait ici!! Dans cette nature si généreuse et bienfaisante! Le Périgord… l’antre du bouddhisme! De la spiritualité! L’antre aussi d’une sorte de Slow life… Où j’ai appris à consommer autrement entre autres!!

Un endroit si bienfaisant, si authentique, gorgé d’énergies réparatrices et nourrissantes, un endroit magique qui m’a permis de rencontrer des personnes hors du commun des guérisseuses, des apprentis moines bouddhistes, des marginaux à l’univers si riche et si éloigné de ce que j’avais pu connaitre jusqu’ici dotés d’une humanité et d’une sensibilité hors du commun!! Des personnes qui m’ont tant apporté et continuent à m’inspirer

Comme l’énergéticienne-chamane que j’ai rencontré par le biais d’une amie justement au moment où mon corps me parlait, me demandait de changer. De changer d’alimentation, de routine de soins, de sports, d’hygiène de vie en somme… J’ai traversé une période difficile mais riche de sens, pendant laquelle une bonne partie de mon visage était recouvert d’un eczéma dont je n’avais jamais souffert jusque là… Oui, c’était clair, mon corps me parlait. Mais j’étais incapable d’en déchiffrer les messages.

Cette guérisseuse m’a beaucoup aidé… Elle m’a aidé à manger en conscience par exemple. En prêtant attention aux associations d’aliments que je faisais, en comprenant mon rythme et mes besoins. A ré-équilibrer mes énergies aussi, à calmer mon mental par des exercices de visualisation entre autres. Elle m’a aussi appris à pardonner. A me pardonner certaines choses de mon passé et à pardonner à d’autres et à m’accepter et à m’aimer davantage.

Je n’habitais pas une rue appelée « Pasteur » pour rien… J’étais venue guérir… Guérir une partie de mon corps, une partie de mon âme, une partie de mon cœurLa vie est magnifiquement faite tout de même!! Elle sait exactement ce dont nous avons besoin!! Même si le mental, l’ego résiste. Elle insiste et persiste, jusqu’à ce que nous ayons compris la leçon.
Et c’est tant mieux!!

J’avais à comprendre des choses essentielles, sur moi, le monde, la vie. Et tant que ce n’était pas intégré au plus profond de mes cellules, hé bien, je sentais que je devais rester là et apprendre. Une retraite quel qu’elle soit, est certes un moment de pause. Mais ça n’est pas pour autant un moment de répit. Bien au contraire!!!
J’ai passé de nombreuses phases pas très heureuses, pendant les quelles des blessures anciennes refaisaient surface et qu’il fallait confronter et guérir une bonne fois pour toute. Et pour cela, tout mon être était mobilisé, de la tête au pieds, du cœur à l’âme… Psychiquement et physiquement c’était souvent très éprouvantMon être entier était en crise…
Une crise nécessaire, salvatrice… pour passer de mon ancien moi, au nouveau! Pour revenir à quelque chose de plus juste pour moi.

Les nombreuses lectures que je faisais me remuaient aussi pas mal la pulpe du fond. Me mettant face à mes manques, mes contradictions, mes faiblesses, mes besoins. Je désirais ardemment comprendre, savoir, toucher du doigt cette vérité, qu’il m’arrive encore de chercher mais moins intensément maintenant, car j’ai terminé cette retraite, le coeur et le corps tellement plus légers en ayant assimilé ce qu’il m’est désormais indispensable, et en ayant délesté ce qui devait l’être.

Ces heures de profond silence, de vraie solitude, de coupure avec le reste du monde, qui au départ me faisaient si peur ont été les meilleurs maitresOn trouve beaucoup de vérité et de sagesse dans le silence. Mais ce qui est ensuite intéressant de faire, c’est de s’en servir pour les incarner dans la matière, de s’en servir au quotidien, et surtout de les transmettre… Vous les transmettre!!

Pour que mon expérience puisse servir à d’autres… Toutes ces personnes en quête, parfois perdues pour un temps qui cherchent… puis qui trouvent des pistes de réponses. Seulement des pistes, car les véritables réponses sont en elles.
Uniquement en elles, et c’est là qu’un des plus beaux voyages de la vie commence. Un des voyages les plus riches, les plus importants!!! Alors, pour finir, je n’aurai qu’un seul conseil à vous donner… Si vous ressentez ce besoin de faire une vraie pause, et si cela vous est possible, écoutez votre coeur, votre besoin profond. Écoutez cette voix qui vous pousse à aller là où vous n’êtes jamais allés… Là où vos yeux ne sont jamais posés, tout autant que votre âme. Vous n’êtes pas obligés de partir loin, longtemps. Vous n’êtes pas non plus obligés d’aller dans un temple… Juste ressentez… et vous saurez ce que votre être vous réclame!

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

Lucie - WorldTravelheart 22 décembre 2016 at 10 h 21 min

C’est un superbe article qui décrit très bien ce besoin de sens que tu as ressenti, je comprends tout a fait ce sentiment où l’on est proche de l’implosion…

Réponse
Orélie 27 décembre 2016 at 19 h 37 min

Merci Lucie, oui je pense que tu as du déjà ressentir cette sensation! Ce départ a été le meilleur moyen que j’ai trouvé pour redonner de la saveur à ma vie!!

Réponse

Laisser un commentaire